L’histoire d’un true rebel

par silenceonmange

Remember me, Allen Coulter (2010)

Article écrit par Gaby.

Ingredients :

250 grammes de vrai rebelle

150 grammes de jeune blonde fragile

2 verres de pères tyranniques

Oui, je suis une vraie fille, oui je trouve que Robert Pattinson est pas mal, oui j’ai lu Twilight (en anglais !), oui j’ai vu Remember me.
Avec la bande d’annonce je pensais que ce serait un film un peu différent d’un vrai film-pour-fille comme peut l’être Love Actually : ça s’annonçait bien, j’espérais même être un peu surprise par notre Roro international. Le synopsis avait certes un goût de déjà vu mais pourquoi pas, me suis-je dite.
« Tyler (Robert Pattinson, ndlr) est un jeune New-yorkais de 22 ans en rébellion contre sa famille et la société suite à un drame familial. Après une altercation avec un policier, il décide de se venger en séduisant la fille de celui-ci. Mais Ally (Emilie de Ravin, ndlr) se révèle être une jeune fille fragile et imprévisible dont il va tomber fou amoureux. Ce qui ne devait être qu’une plaisanterie cruelle se transforme vite en une histoire qui les marquera à jamais…  »
Voilà ce que nous dit Allociné. Dans les faits, il se trouve que Tyler a perdu son grand frère, qui s’est suicidé, et la mère d’Ally a été assassinée. C’est sur ces deux pertes qui ont plus ou moins bouleversé leurs familles respectives que le film repose.
Bon, rien de bouleversant mais jusque là je m’attendais encore à être surprise. Et non.  J’ai passé presque deux heures à me demander où ils voulaient en venir : on ne comprend pas vraiment de quoi traite le film. Est-ce qu’il parle de la relation d’Ally et Tyler ? Ou de la façon dont chacun aborde la perte d’un proche ? Les deux sujets sont traités ensemble, mais ils sont tous deux survolés. L’analyse reste en surface, rien n’est creusé, les ressentis profonds ne sont pas mis en avant, les personnages ne s’interrogent jamais réellement, le film n’essaie pas de se renouveler. Dommage.
Ce qui m’a aussi frappée, c’est que tout le film repose sur Robert Pattinson. D’accord, il est beau et il a environ 347 millions de fans hystériques dans le monde, mais baser un film entier sur un acteur aussi jeune (et j’en ai peur, peu talentueux) c’est un pari risqué : il y a définitivement trop de lui dans ce film. Ses mimiques, son jeu, ses vêtements, l’essence même de son personnage, on se croirait parfois nez à nez avec de scènes de Twilight. La preuve par l’image (puisque que toi, lecteur, tu es comme Saint Benoît, tu ne crois que ce que tu vois) :

Robert est un vrai bout en train ! Il a même pris quelques couleurs entre les deux films :

Jeune mélancolique dans Remember me.

Vampire à problèmes dans Twilight

Il est toujours aussi content d’avoir une nana !

Il est mélomane et musicien (sisi c’est vrai)
 :

Le personnage de Tyler est donc bien bancal, et oui, Roro y joue « un jeune homme en révolte contre la société » :

Oui, il est amoché : il porte des Ray Ban et un tee shirt american vintage, pendant tout le film, il boit, il FUME, et il couche même avec la blonde, et oui, c'est un true rebel le Roro.

Tyler cite même Gandhi dans le film, oui, parce que Tyler sait lire :

Bref, une histoire qui s’annonçait plutôt divertissante dans la lignée des films-de-filles, mais trop de Robert Pattinson tue le Robert Pattinson. La fin du film atteint des sommets dans le ridicule et semble n’avoir pour seul but que de justifier le titre.  Il aurait été plus juste de nous montrer Tyler et Ally, à 25 ans, se séparant pour une sombre histoire de vaisselle…

Enfin, pour vous montrer que je ne suis pas si mauvaise, je tiens à mettre en avant le fait que ce film a aussi des qualités, par exemple les scènes angoissantes sous la douche :

Non, finalement, il ne me reste plus qu’à rejoindre le groupe « Robert Pattinson me fait autant d’effet qu’une pizza surgelée ». Ce qui est faux, une pizza me fait plus d’effet.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Advertisements